40éme ANNIVERSAIRE DU TASTEVIN D’ARGENT

Vendredi 20 octobre, beaucoup de monde à la soirée du 41éme Gala des Journées taurines Biterroises de la Fédération des Clubs taurins du Biterrois sous le chapiteau géant de la Bodega des Arènes, lieu de la nouvelle formule pour le 40eme anniversaire du Tastevin d’argent de l’Union taurine Biterroise.  Aprés l’intervention de Robert Mula, président de la FCTB et de Robert Menard, maire de Béziers, quatorze toreros présents furent honorés, entrecoupés des remises des trophées de la Feria biterroise 2023.
Une soirée très sympathique dans une ambiance de fête…

Discour de Marie-Françoise Rouzier, présidente de l’UTB :

C’était il y a 40 ans. Feria de Béziers 1983, c’est l’année de la célèbre Miurada que l’Union Taurine Biterroise décerne son premier Tastevin d’Argent au meilleur novillero de la piquée. Pourquoi un Tastevin ? Parce que le vin, comme la tauromachie et le rugby, sont les phares de notre ville et de notre territoire et l’UTB a toujours voulu rendre hommage à sa ville, à la qualité et au professionnalisme de ses vignerons. Alors, soutenue par la Chambre d’Agriculture, ce tastevin a été créé. Par ce prix, l’Union Taurine Biterroise a souhaité encourager et récompenser ces jeunes toreros dans la difficile voie qui mène à la réalisation de leur rêve. De grands noms de la tauromachie ont été lauréats au cours de ces 40 ans. Tous ne sont pas là aujourd’hui mais nous avons quand même l’honneur et le grand plaisir d’en accueillir 14.

Nous allons les inviter à monter sur scène, par petits groupes et par ordre chronologique, mais avant je souhaiterais remercier celui qui, à la demande de l’UTB, a réalisé un véritable tour de force pour faire venir ces Maestros. Un énorme merci à Tomas Cerqueira auteur de cet exploit. Merci Tomas, sans toi les choses auraient été beaucoup plus compliquées. Un autre grand merci à celui qui fut à l’origine de ce Tastevin et qui a tenu les rênes de l’UTB pendant des années, Francis Andreu qui continue à nous apporter au quotidien sa grande connaissance de cet art si complexe. Merci à tous les Présidents de l’UTB qui ont permis, tout au long de ces 40 ans, l’attribution de cette récompense.
Merci aussi à la Fédération des Clubs Taurins du Biterrois et à son Président Bernard Mula, qui ont accepté de nous faire une place dans le programme de ces journées taurines. Ce n’était pas évident au départ. Qu’un club taurin, même s’il s’agit du plus ancien, vienne perturber le déroulement habituel des journées taurines, n’est pas chose habituelle. Mais il faut bien de temps en temps casser les codes !!! Et puis, c’est aussi se souvenir que c’est l’UTB qui a créé ces journées taurines en 1983. Merci aux deux artistes de l’UTB, Jacques Charvet et Quentin Revilla qui ont immortalisé, grâce à leurs talents, ce 40ème anniversaire. Ils offriront aux Maestros les œuvres qu’ils ont créées pour l’occasion.
Merci à tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à l’organisation de cette manifestation. Merci bien évidemment à la Ville de Béziers qui, à chaque occasion, est à nos côtés.
Merci aux Maestros qui ont fait le déplacement. Ils n’ont pas oublié Béziers et se sont souvenus, qu’au début de leur carrière, l’UTB et Béziers leur ont donné un coup de projecteur. Les absents j’en suis sûre, auraient aimé être à nos côtés, notamment le Maestro biterrois Sébastien Castella qui toréé demain au Mexique.
Merci enfin à vous tous qui êtes là ce soir. Vous avez fait un choix, qui n’était pas facile pour certains, rugby ou tauromachie ? mais accueillir 14 toreros c’est un évènement dans la vie de notre cité et vous l’avez bien compris.

Nous allons donc débuter avec le premier lauréat, Emilio Oliva qui a reçu ce trophée en 1983 et 1984. Malheureusement empêché à la dernière minute, Emilio a tenu à être présent grâce à Christian Parejo, le plus chiclanero des biterrois ou le plus biterrois des chiclaneros. Il va monter sur scène à sa place. J’appelle Christian.

Groupes toreros :

  • 1983-1984 : Emilio OLIVA représenté par Christian PAREJO
  • 1985 : Jose Luis SESENA
  • 1988 et 1990 : Antonio Manuel PUNTA
  • 1989 : Jesulin de UBRIQUE
  • 1991 : Erik CORTES
  • 1994 : LUISITO
  • 1997 : Marc SERRANO
  • 1998 : Mario COELHO
  • 2002 : Manuel ESCRIBANO
  • 2005 : Medhi SAVALLI
  • 2008 : Roman PEREZ
  • 2010 : Thomas DUFAU
  • 2017 et 2019 : Carlos OLSINA
  • 2021 et 2022 : Christian PAREJO
  • 2023 : SOLALITO

Intronisation à la Confrérie San Andiu de la Galinieiro

Lundi 14 aout, intronisation du torero Christian Pajero à la Confrérie San Andiu de la Galinieiro avec Firmin Gruss directeur de la compagnie Gruss et Hervé Funfstuck de la Banda Mescladis…

C’est accueillis par Marie-Françoise Rouzier, présidente de l’UTB que le « concile » de la Confrérie San Andiu de la Galinieiro et les trois futurs récipiendaires ont été reçus dans les murs du Musée taurin de Béziers.

La présidente a dit le plaisir de recevoir ces impétrants au Musée et l’immense joie de recevoir Christian Parejo, pour la première fois en tant que matador de toros.
Elle tenait aussi a remercier la Ville de Béziers de mettre à la disposition de l’UTB un lieu magnifique, propice à l’organisation d’évènements tel que celui-ci et à la mise en valeur du Musée.

VERNISSAGE EXPOSITION L’ART TAURIN A BEZIERS – DE JEAN DE LABEL A NOS JOURS

Vendredi 30 juin, vernissage réussi pour l’exposition 2023 du musée taurin de Béziers intitulée « L’art taurin de Jean Label à nos jours » organisée par l’Union taurine Biterroise avec l’aide de la Ville de Béziers et le concours de Biterrois. Beaucoup de monde autour des artistes jacques Charvet peintre plasticien, Christine Granier et Lou Raunier peintre plasticien dont des œuvres étaient rassemblées autour de celles du peintre et aficionados Biterrois Jean de Label. Le maire et la députée de Béziers, ainsi que de nombreuses personnalités avaient tenu à être présents.

Monsieur le Maire,
Madame la Députée,
Madame l’Adjointe au Maire chargée de la Culture,
Mesdames et Messieurs les Conseillers Départementaux,
Mesdames, Messieurs, chers amis,

Pour ouvrir l’exposition, la présidente de l’UTB, Marie-Françoise Rouzier déclarait :
« 53 ans nous séparent de l’exposition-concours des œuvres de Jean de Label à Béziers. C’était pendant la Feria de 1970, dans le hall de la Chambre de Commerce (la boucle est bouclée). L’artiste avait remporté le 1er prix avec son tableau « La plaine cordouane ». Mais qui est Jean de Label né le 6 janvier 1900 et décédé le 2 août 1986 ? Un des fondateurs du Club Taurin de Béziers créé le 22 février 1923.
Président en 1947 de la Fédération des Sociétés Taurines de France. C’est d’ailleurs en 1947 que prenait corps le Musée Taurin même si ce n’est qu’à la Feria 1972 que la décision fut prise d’ouvrir au public les portes du siège de l’UTB, alors sur les allées Paul Riquet, et de présenter ainsi les pièces de collection. Le Musée Taurin était né. En 1986, après sa disparition, une autre exposition dans le hall du théâtre. Sans plagier Midi Libre et l’Adjoint à la Culture d’alors : « Ce prince de l’aficion avait trois identités :
Jean de Label, le peintre des corridas et du soleil du Midi, Perdigon, l’expert en art tauromachique, Jean Cavaillès, son nom à l’état-civil, l’ami de très nombreux biterrois.
Mais c’est le Jean de Label peintre qui nous intéresse particulièrement ce soir : toujours d’après l’Adjoint à la Culture de 1986, « cet artiste avait trouvé dans notre région l’inspiration qui convenait à son âme profonde. Si Jean de Label devait beaucoup à ce pays, Béziers doit beaucoup à Jean de Label ». C’était donc une évidence pour nous, pratiquement 40 ans après, de rendre hommage à cet artiste. Mais je pense que la famille Tastavy qui était très proche de lui, va nous en faire un portrait sûrement plus intimiste. Je tiens d’ailleurs à remercier particulièrement Max de son aide et à regretter son absence pour raison de santé. Cette exposition, j’en suis sûre, va lui procurer de belles émotions. Je remercie aussi bien évidemment la Ville de Béziers qui, à chaque fois, en toutes occasions, est là près de nous et nous apporte son aide. Merci M. le Maire.

Je remercie Benoît d’Abbadie qui à la suite de discussions que nous avions eues tous les deux il y a quelques années, a permis ce projet et l’a grandement facilité. Merci Benoît.
Je remercie également le Département qui soutient notre association depuis plus de 40 ans. C’est une aide précieuse.
Je remercie bien sûr les généreux prêteurs, des Biterrois. Je voudrais les citer par ordre alphabétique : François-Régis Boussagol et son épouse, Janine Crassous, Chantal Gonzalez, Michel Lafforgue et son épouse, Marc Lavie, rédacteur en chef de Semana Grande, la famille Tastavy, la Société des Beaux-Arts et le Service des Musées de la Ville de Béziers. Tous ont, sans hésiter, mis à notre disposition leurs précieux tableaux. Prêter des œuvres d’art n’est pas chose facile. Sans leur concours, l’exposition n’aurait pu avoir lieu. Merci à vous tous.
Je voudrais remercier de leur présence les trois artistes qui nous ont fait le plaisir de participer à cette exposition, tout en laissant la vedette à Jean de Label. Ce n’est pas courant que des créateurs s’effacent et acceptent de jouer le jeu. Mais leurs créations sont bien là et je suis sûre que vous allez découvrir ou redécouvrir leur art. Merci Christine, Jacques, Jean-Louis de votre présence.

Je tiens également à remercier les membres de l’UTB qui ont travaillé comme des forcenés à monter cette exposition : je les cite : Marie-Emmanuelle Camous, Michel Mathieu, Yves-Jean Grenet et Michel Rouquette. Merci et bravo à eux car ce n’était pas gagné d’avance. Merci à Jacques Petitcolin et à Daniel Vaudon, nos artistes culinaires qui nous proposent, à chaque fois, de magnifiques et succulents buffets. Merci aux petites mains qui les assistent.

Nous mettons à l’honneur ce soir Jean de Label mais Perdigon, le journaliste taurin n’était pas mal non plus. Je terminerai sur un article qu’il avait écrit sur Chicuelo et la corrida à Béziers du 12 juin 1955, texte repris par Marc Lavie dans Semana Grande il y a quelques temps : « Chicuelo Hijo nous a montrés des qualités certaines, une salsa sévillane, qui ont rappelé aux vieux aficionados le style du père, présent à la corrida. Il nous a fait vraiment plaisir par ses véroniques moelleuses, ses derechazos et naturelles faits avec grâce malgré sa verdeur et son manque d’entraînement. Avec sa première faena, toute de grâce sévillane, un souffle artistique est passé sur nos arènes ». Tel écrivait Jean Cavaillès alias Perdigon.
Je vous remercie. « 

Musée taurin de Béziers, 7 rue Massol – ouvert jusqu’au dimanche 17 septembre de 11 à 18 heures, du mardi au samedi. Ouvert gratuitement pendant la Feria ainsi que les 14 et 15 août (fermeture à 17 H les jours de Feria)