UNION TAURINE BITERROISE

Bienvenue sur le site du plus ancien Club Taurin de Béziers

VISITEZ-LE !

VISITEZ-LE !

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

ÉDITORIAL – NOVEMBRE 2017

MUNTANYAS REGALADAS

Muntanyas regaladas
Son las del Canigo
Que tut l’estiu flureixen
Primavera i tardor *

J’ai chanté plusieurs fois ce chant mélodieux avec mes amis étudiants catalans à Montpellier pour fêter nos victoires rugbystiques et nos soirées festives. Comme le Se Canto occitan, ce poème remonte au XIIème siècle et magnifie le Mont Canigou qui surplombe de ses 2784 m les Catalognes. On peut l’admirer à plus de 100 kms, tant au nord qu’au sud, surtout quand son sommet est couvert de neige. Les Catalans du Roussillon ont voulu, dans les années 50, renouer avec la tradition ancestrale du feu de la Saint-Jean au sommet du Canigou, le 23 juin, pour le solstice d’été. Dès 1960, les Catalans du Sud et même des Baléares se joignirent à la manifestation tant par l’envoi symbolique de fagots de bois por el foc, que par la descente de la lumière dans les plaines. Ce feu et cette flamme du Canigou pour la Saint-Jean sont avant tout un message de fraternité dans la Catalanité afin de retrouver ses spécificités dans la tolérance et sans récupération partisane et politique. De par mes racines catalanes qui proviennent des deux côtés des Pyrénées (Andreu i Mir) ainsi que par de très bons amis, j’ai pu connaître ces gens-là. Ils se caractérisent à la fois par leur générosité mais aussi par leur fierté qui peut dévier vers l’orgueil jusqu’à créer même chez certains un sentiment de supériorité sur leurs voisins, surtout en Espagne. Soixante ans après la renaissance du message de vraie fraternité de la Saint-Jean, il a été malheureusement oublié progressivement, par une partie des Catalans du Sud, malgré le maintien de la tradition grâce aux Roussillonnais. Il est vrai que la Catalogne a connu par le passé de fortes luttes intestines, tant pour les 3 guerres Carlistes (1833-1846 pour se terminer en 1876) que pour les affrontements violents déclenchés par les anarchistes contre les bourgeois capitalistes, surtout à partir de 1880, sans oublier les années tragiques de la guerre civile (1935-36…).

Ces derniers temps, on constate étrangement que l’indépendantisme bourgeois catalan et les forces de gauche extrémistes ont su se réunir, notamment il y a 7 ans, dans une flagrante manipulation, pour interdire la Corrida de Toros en Catalogne par un vote du Parlement Catalan. Cachant sous le prétexte de l’animalisme leur haine pour l’identité espagnole, ces partisans voulaient en fait la déraciner de leur territoire. Il est vrai que le terme néfaste Fiesta Nacional, a été utilisé par certains par le passé en Espagne pour qualifier la corrida. Née dans la péninsule ibérique, elle est en fait devenue un spectacle universel qui, comme tout art majeur, ne connaît pas de frontière ni de nationalité. Cela a donné un prétexte inavoué à l’Indépendantisme catalan réconcilié, pour préparer dans les séances anti-taurines du Parlement de juillet 2010, la stratégie première d’enfreindre la loi et le respect de la liberté des autres par une fuite en avant qui peut les entraîner maintenant dans la division et le chaos social (peut-être économique) si leur projet séparatiste aboutit. J’ai plusieurs parents et amis en Catalogne espagnole, particulièrement à Barcelone. Je constate malheureusement les effets néfastes dans l’évolution du climat social qui atteint les familles, les amis et les habitants en général, climat créé par des apprentis sorciers illuminés mais organisés. L’animalisme a bien été un prétexte pour interdire le symbole espagnol de la corrida Fiesta Nacional. Le monde taurin n’a pas été assez vigilant et le Pouvoir trop passif en ne réagissant pas rapidement sur l’anti-constitutionnalité de la décision du Parlement, dont pourtant il était évident que ce n’était qu’un prétexte. Il a fallu que le regretté Luis Maria Gilbert, président de la Federacion de Entidades Taurinas de Cataluña lutte de toutes ses forces pour aboutir enfin à la décision du Tribunal Constitutionnel. Le pouvoir a cru gagner du temps (6 ans) car il n’a pas vu l’effet pervers de l’endoctrinement sur les jeunes générations catalanes, avec la complicité de la politique officielle d’éducation de l’Autonomie Catalane. J’ai, comme de nombreux aficionados, reproché à l’empresa Balaña de n’avoir pas utilisé la décision d’annulation prise par le Tribunal Constitutionnel pour réclamer son droit d’organiser une corrida à la Monumental Barcelonaise. En fait :
– la décision d’anti-constitutionnalité a été trop tardive ce qui a pu faire croire à l’abandon de la corrida en Catalogne par le pouvoir central.
– quand on assiste à la situation de ces derniers mois, avec la tentative de coup d’état indépendantiste, sous le couvert d’un prétendu référendum, la décision de réorganisation d’une corrida à Barcelone aurait pu donner un prétexte aux enragés animalistes-indépendantistes en accusant cette démarche d’une nouvelle provocation espagnoliste et augmenter les rancœurs.

Pouvons-nous espérer que la situation évolue sereinement dans les temps à venir et que le retour de la corrida chez nos amis catalans soit envisageable ? J’en doute quand je constate la tentative d’alliances contre nature en recherche d’une nouvelle majorité sans attendre le résultat des prochaines élections catalanes du 21 décembre prochain.

* Délicieuses cimes
   Celles du Canigou
   Qui tout l’été fleurissent
   Au printemps et en Automne

Le responsable de rédaction : Francis ANDREU – Edito n° 55 – Novembre 2017

« SOIRÉE DES DONATEURS »
AU MUSÉE TAURIN DE BÉZIERS
SAMEDI 2 DÉCEMBRE 2017 à 19h

Voir tous les editoriaux